CHLOÉ SILBANO

retour






Tenir debout
Photographie, 2018



Tenir debout

Au départ, elle avait commencé par avoir envie de dessiner des sols. C’était une intuition qui allait avec le fait qu’elle se sentait de plus en plus écrasée par une pesanteur terrible. Peut-être quand on a plus ses murs on s'attache au sol.

Elle a dessiné des sols avec des traces, des gouttes d'eau qu’elle fait évaporer avec un briquet. Un sol, c’est presque une abstraction si on y décèle pas des impacts, des traces, des feuilles. Puis, elle a construit des structures transparentes pour redresser les feuilles mortes. Ces sculptures donnent un nouvel équilibre. Leur mise en espace les rapproche d’un corps renversé.

Puis, vient l’action. La vidéo présente un rouleau de papier, enroulé sur lui-même à ses deux extrémités.
Il est disposé sur la tranche, perpendiculaire au sol, arrimé sur deux supports manufacturés. Les jambes de l’artiste interviennent comme un support en plus, une câle pour éviter que le rouleau ne s’effondre durant les déplacements. Le rouleau s'enroule, se déroule. Ce sont deux supports, un rouleau de papier et un corps ; leur interaction dans la mise en équilibre des feuilles effondrées.
Il s’agit de se tenir d’équerre, sur la tranche.

L’histoire a un écho intéressant avec une performance avortée. Laurent Quénéhen avait lancé un appel au balayage de la place de l’hotel de ville par qui se sentirait sensible à la politique de la ville quant aux SDF. L’action, symbolique, avec les moyens les plus simples (un balai et un peu d’énergie), a été stoppée par les forces de l’ordre à partir du moment où deux protagonistes Laurent Quénéhen et Chloé Silbano, se sont retrouvés sur la place. L’action n’ayant pas été déclarée en préfecture, et à partir du moment où il y avait rassemblement (1+1), l’interpellation a eu lieu.
Il est intéressant de noter à quel niveau une action symbolique, de peu de chose, devient politiquement problématique. Le ramassage des feuilles n’est peut-être pas si anodin. Nous vous proposons la vidéo d’une action, des dessins et deux photographies, à penser comme une installation dans l’espace.


Tenir debout, les performances philosophiques, par Matthieu Corradino

L’idée développée dans cette performance – et dans les sculptures synoptiques qu’elle a générées – est que les choses ne tiennent pas debout toutes seules : qu’elles n’arrivent pas à se tenir au-dessus du sol par elles-mêmes mais toujours en s’alliant entre elles, en se prêtant un mutuel appui. Par exemple, un être humain ne peut tenir debout, arborer longtemps sa station bipède, tant qu’une alliance secrète, un lien ne s’établit pas entre lui et les murs de sa demeure. Inversement les murs d’une maison inhabitée ne peuvent rester debout longtemps s’ils ne sont pas habités et donc entretenus. Autre exemple : les feuilles d’un arbre ne peuvent se tenir au-dessus du sol tant qu’elles ne sont pas soutenues par son tronc et ses branches ; réciproquement l’arbre ne peut se tenir debout indéfiniment lorsqu’il devient incapable de pousser des feuilles – et des fruits.

La démonstration est faite par Chloé S. : elle colle des feuilles de chêne mortes sur un rouleau de papier qui est soutenu par un support au-dessus du sol, verticalement. Ainsi les feuilles peuvent de nouveau se tenir debout : grâce à la bande de papier dans laquelle elles ont été enroulées, grâce aussi au support en bois de ce rouleau, grâce enfin à celle qui les y a fixées. Car le support en bois ne suffit pas à faire tenir debout le rouleau : par sa nature un rouleau est une bande enroulée ; et, pour l’enrouler, un être doté de mains et de pieds – en l’occurrence un être humain – est nécessaire. On ne peut se tenir debout qu’à plusieurs.

Tenir debout est donc une performance qui chante la louange à la « sociabilité » des choses et avance l’idée que la volonté de vivre qui nous permet de nous maintenir au-dessus de la terre et à évoluer à sa surface – avant de finir dans ses entrailles – est un élan collectif qui rassemble les êtres par-delà leurs natures respectives.




Tenir debout
Vidéo, 9 minutes, 2018





Tenir debout
Photographie, 2018





Tenir debout
Dessins, A4, 2018









Tenir debout
Vues d'exposition, MAL, Laon, 2018